La curieuse vie émotionnelle entre un homme et une femme

vie émotionnelle

La vie affective entre un homme et une femme est un curieux échange fortement influencé par les besoins et les habitudes affectives et cognitives de chacun, qui elles-mêmes dépendront des préférences éducatives et biologiques au sein de la propre variabilité émotionnelle de l’être humain. Le reproche le plus courant que les hommes font aux femmes est qu’elles sont trop émotives, et au contraire, les femmes les accusent généralement de ne pas être assez émotifs. Avec ces reproches, on prétend que l’autre peut changer et s’adapter à nos propres besoins, car on pense qu’il pourrait le faire s’il le voulait vraiment. Cependant, il faut savoir que ce qui se passe, c’est que les circuits cérébraux émotionnels qui prévalent parfois chez les hommes et les femmes sont très différents. On développera cette question dans les paragraphes suivants.

Deux systèmes émotionnels

Une femme traverse souvent des périodes très stressantes au travail. Quand elle rentre chez elle, elle a juste besoin que l’homme l’écoute et la prenne dans ses bras. Cependant, dès qu’elle parle de ses problèmes, ce jeune homme se met dans ce qu’elle appelle le mode robot et commence à dire à cette femme ce qu’elle peut faire. Cela déstabilise cette personne, car elle pense que ce jeune homme ne comprend pas et n’accorde pas d’importance à ce qui lui arrive. De son côté, ce jeune homme subit une véritable torture de voir la femme si mal en point, mais il ne trouve pas le moyen de l’aider, car il a beau lui proposer des solutions, il n’arrive pas à faire en sorte que cette femme l’écoute et essaie de les mettre en pratique. Il y a peu de temps encore, on pensait que les différences dans la façon dont les hommes ressentaient et exprimaient leurs émotions étaient exclusivement dues au type d’éducation qu’ils avaient reçu. Cependant, comme nous l’avons évoqué, on sait maintenant que le traitement des émotions du cerveau masculin est différent de celui du cerveau féminin. Cette différence repose sur l’utilisation de deux systèmes cérébraux distincts qui fonctionnent simultanément : le système neuronal spéculaire et la jonction temporo-spatiale. Voyez ce qu’ils sont en suivant notre exemple.

Lorsque les femmes pleurent, elles peuvent provoquer une véritable douleur cérébrale chez les hommes

Si on pouvait scanner le cerveau de ce jeune homme pendant que la jeune femme se plaint de ses problèmes et pleure, les deux systèmes de lecture des émotions seraient activés dans son cerveau. Mais d’abord le système neuronal spéculaire : SNE, qui lui permettra de ressentir pendant un instant la douleur émotionnelle que reflète le visage de ce jeune homme. C’est-à-dire qu’à ce moment-là, ce jeune homme aurait de l’empathie émotionnelle pour son partenaire. Suite à cette activation cérébrale, on verra comment le cerveau de cet homme activera la jonction temporo-pariétale, ce qui le poussera à analyser la situation et à chercher des solutions. C’est ce qu’on appelle l’empathie cognitive. Alors que le cerveau masculin est capable d’utiliser la jonction temporo-pariétale dès la fin de l’enfance, les hormones masculines peuvent établir une préférence pour ce système d’analyse : bien que cela puisse varier considérablement d’un homme à l’autre. La jonction temporo-pariétale sera chargée d’établir une frontière claire entre ses propres émotions et celles des autres, ce qui permet parfois d’éviter que les processus mentaux soient infectés par les émotions des autres. Cela renforce la capacité à rechercher une solution de manière cognitive et analytique, ce qui est très pratique et adaptable dans le monde dans lequel on vit.

Ainsi, si on observe le jeune homme alors qu’il explique à cette femme les solutions que son cerveau a conçues pour soulager sa douleur, on verra comment son cortex est activé alors qu’il demande naturellement à son partenaire des choses comme « combien de personnes as-tu besoin pour faire le travail ? », ce qui, comme la plupart des lecteurs le comprendront, irritera la jeune femme . La femme répond alors : « quelle différence cela fait-il ? Je dois le faire avec l’équipement dont je dispose », tandis qu’elle lance à ce jeune homme un regard plein de ressentiment. Cependant, le cerveau d’une autre personne ignorera le ton émotionnel du dernier commentaire du jeune femme, car le cerveau masculin aura désactivé la zone d’empathie émotionnelle tout en essayant de trouver une solution et de faire preuve d’empathie cognitive avec son amour. Poursuivant sur cette lancée, ce jeune homme vous proposera la merveilleuse solution que votre cerveau a décrétée : Engager des employés temporaires. Automatiquement, les zones cérébrales du bien-être s’allument dans le cerveau de cet homme devant son idée géniale. Mais le plaisir dure exactement le temps que l’expression de cette femme change : elle ne peut que pleurer et gémir en sentant que son partenaire ne comprend pas son état d’esprit et ne lui accorde pas l’importance qu’elle mérite.

Deux réalités cérébrales différentes

Ce jeune homme essaie par tous les moyens d’aider la femme de manière concrète, car sa logique émotionnelle lui indique que c’est la meilleure chose qu’il puisse faire. Mais la femme en est à un stade différent et recherche l’empathie émotionnelle plutôt que l’empathie cognitive. Elle ne se soucie pas tant de trouver des solutions que de se sentir émotionnellement en phase avec le malaise de son partenaire. Dans ce sens, il faut conclure que le fond émotionnel d’un homme n’est pas moins riche et moins valable que celui d’une femme, mais que la plupart d’entre nous fonctionnent différemment au niveau cérébral. Cela peut être considéré comme un problème de compréhension ou comme une façon de se compléter parfaitement. Maintenant qu’on dispose de ces informations, il est peut-être temps de les prendre en compte et de faire de la vie affective entre un homme et une femme quelque chose de beaucoup plus enrichissant.

Quels sont les enjeux du coaching en entreprise ?
Le coaching d’équipe : comment ça se passe ?